• Premier vol réussi pour le Boeing 787-9 Dreamliner

    • Le dernier-né de la famille 787 a réalisé un vol inaugural de plus de 5 heures
    • La production des avions de tests et la campagne d’essais sont conformes au calendrier
    • L’industrie aéronautique française a une place importante à bord de cet appareil

    Paris,  18 septembre 2013 - Le 787-9 Dreamliner de Boeing s’est envolé pour la première fois hier de Seattle, entamant un programme d’essais en vol complet qui aboutira à la certification et à la livraison de l’avion à la mi-2014.

    Revêtu de sa toute nouvelle livrée Boeing, le nouveau membre de la famille d’avions super-efficients 787 a réalisé un vol de 5 heures et 16 minutes. Il a décollé de l’aérodrome de Paine Field à Everett à proximité de Seattle à 11h02 heure locale et s’est posé à 16h18 sur la piste de l’aéroport Boeing Field, à Seattle.

    « Ce premier vol marque une étape importante pour nos équipes et nos partenaires, » a déclaré Ray Conner, président et CEO de Boeing Aviation Commerciale. « Nous sommes très fiers que nos clients aient choisi le 787-9, et sommes impatients de livrer le premier appareil à Air New Zealand l’année prochaine. »

    Au cours de ce premier vol, Mike Bryan pilote d’essai du programme 787-9 et Randy Neville, chef-pilote, ont pris la direction du nord, atteignant une altitude de 6.218 mètres (20.400 pieds) et une vitesse de 250 nœuds, soit environ 463 km/h (288 mph), ce qui est pratiqué habituellement lors d’un premier vol. Tandis que les pilotes Bryan et Neville testaient les systèmes et les structures de l’avion, les équipements de bord transmettaient des données en temps réel à une équipe chargée des essais en vol au Boeing Field.

    « Nous avons accompli beaucoup de choses pendant ce vol qui s’est très bien déroulé, » a déclaré Mike Bryan. « Le 787-9 est un avion formidable ; on avait juste envie de continuer à voler. »

    A l’occasion de ce premier vol, Yves Galland, Président de Boeing France, a tenu à souligner le rôle essentiel que les fournisseurs français jouent dans la production du dernier né de cette famille d’avions ultra-efficients. « Nos partenaires français ont joué un rôle déterminant dans le formidable succès du programme Boeing 787 Dreamliner, et nous sommes heureux de les associer aujourd’hui au succès du premier vol du 787-9 », a-t-il déclaré. « Avec plus de 100 entreprises présentes sur les programmes Boeing, l’industrie aéronautique française réalise un chiffre d’affaires annuel de 4,5 milliards de dollars grâce à Boeing, ce qui génère 25.000 emplois dans l’Hexagone. »

    Équipé de deux moteurs Rolls-Royce Trent 1000, le premier 787-9 sera rejoint lors de la campagne d’essais en vol par deux autres avions, dont l’un sera doté de moteurs General Electric GEnx. Ces avions sont actuellement en phase finale d’assemblage dans l’usine Boeing d’Everett. Au cours des prochains mois, ces avions seront soumis à une série d’essais et de situations afin de démontrer la sécurité et la fiabilité de leur conception.

    Le 787-9 agrandira la famille 787, permettant aux compagnies aériennes de développer l’exploitation des lignes initialement ouvertes avec le 787-8. Avec un fuselage allongé de 6 mètres par rapport au 787-8, cet avion pourra transporter de 250 à 290 passagers, soit 40 sièges de plus, dans un rayon d’action étendu compris entre 14.800 et 15.750 km, soit 555 km (300 miles nautiques) supplémentaires. Les performances environnementales seront identiques à celles du 787-8, à savoir des émissions et une consommation de carburant inférieures de 20 % à celles des avions de taille similaire. Le 787-9 bénéficie également de la conception visionnaire du 787-8 et propose les éléments de confort qu’apprécient les passagers : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, un air plus propre et un vol moins sujet aux turbulences.

    Boeing tient son calendrier pour livrer le 787-9 à son client de lancement, Air New Zealand, à la mi-2014. À ce jour, 24 compagnies à travers le monde ont commandé 388 Boeing 787-9, ce qui représente 40 % de l’ensemble des commandes engrangées par le programme 787.

    Parmi les entreprises françaises partenaires de Boeing sur le programme 787 Dreamliner figurent notamment Aubert & Duval (superalliages et aciers spéciaux), Dassault Systèmes (plate-forme logicielle PLM), Gerflor (revêtements de sol), Latécoère (portes passagers), Michelin (pneumatiques en deuxième monte), Radiall (composants électroniques d’interconnexion), SAFRAN Labinal (câblage), SAFRAN Messier-Bugatti-Dowty (trains d’atterrissage principaux et avant, systèmes de freinage électrique), Thales (systèmes de conversion électrique, afficheurs de vol intégrés, systèmes de divertissement de bord) et Zodiac Aerospace (distribution électrique primaire, toboggans d’évacuation, systèmes de gestion des eaux usées et de traitement des déchets, aménagement intérieur,  équipements pour la restauration à bord, sièges et autres équipements).