• Boeing lance une famille de 737 équipés d’une nouvelle motorisation avec des engagements d’achat de cinq compagnies aériennes pour 496 appareils

    • Ces appareils permettront des économies de carburant et les plus bas coûts d’exploitation sur le marché des monocouloirs
    • Ce nouveau 737 suscite un formidable engouement auprès des clients
    • Bob Feldmann dirigera ce nouveau programme, Michael Teal est nommé ingénieur en chef du projet

    SEATTLE,  30 août 2011 - Le conseil d’administration de Boeing a approuvé le lancement d’une version remotorisée du 737, l’appareil le plus vendu du marché. Cette décision s’appuie sur 496 engagements d’achat de la part de cinq compagnies aériennes, et sur une solide étude de faisabilité de ce programme.

    « Ce 737 remotorisé permettra à Boeing de continuer à livrer l’avion le plus économe en carburant, le plus performant et le plus rentable sur le marché des monocouloirs », a déclaré Jim Albaugh, Président et CEO de la division Aviation Commerciale (BCA) de Boeing. « Ces caractéristiques, auxquelles s’ajoutent une fiabilité et une facilité de maintenance hors pair, répondent à ce que souhaitent nos clients, permettant à ce 737 remotorisé de rencontrer une demande exceptionnelle. Nous travaillons avec nos clients pour finaliser ces accords, ainsi que d’autres, au cours des semaines et des mois à venir. »

    Les appareils de cette nouvelle famille seront équipés de moteurs CFM International LEAP-1B optimisés pour le 737. Ils présenteront les plus bas coûts d’exploitation sur le segment des monocouloirs, avec un avantage de 7 % sur la concurrence. Les premières livraisons sont prévues en 2017.

    « Les clients nous disent qu’ils souhaitent augmenter la rentabilité et les économies de carburant tout en réduisant leur empreinte environnementale », a ajouté Jim Albaugh. « Avec ce nouvel appareil, nous répondons à ces trois exigences. »

    Par rapport à une flotte de 100 avions parmi les plus économes en carburant actuellement en service, ce nouveau modèle produira 277 000 tonnes de CO2 en moins et économisera près de 79 500 tonnes de carburant par an, ce qui représente 85 millions de dollars d’économies. Sa consommation de kérosène devrait être inférieure de 16 % à celle de l’actuelle solution proposée par notre concurrent et de 4 % à celle de son futur avion.

    Boeing a nommé Bob Feldmann au poste de vice-président et directeur général de la nouvelle famille de 737 remotorisés. Fort de 35 années d’expérience dans l’industrie aéronautique, Bob Feldmann occupait récemment le poste de directeur de l’activité Surveillance & Engagement de Boeing Military Aircraft, entité de la division Boeing Défense, Espace et Sécurité (BDS) qui englobe plusieurs programmes dérivés basés sur la plate-forme 737. Il a activement contribué au succès de programmes complexes tels que l’avion de chasse EA-18G Growler et l’avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine P-8A Poseidon.

    Michael Teal a pour sa part été nommé au poste de vice-président, ingénieur en chef du projet et directeur adjoint de ce programme. Michael occupait précédemment les postes de vice-président et ingénieur en chef du programme 747-8. Il a joué à ce titre un rôle-clé dans la gestion de la configuration et de l’intégration, des performances, de la sécurité, des essais et de la certification de l’appareil.

    Le Boeing 737 est l’avion commercial le plus fiable et le plus populaire à travers le monde. La famille 737 a engrangé plus de 9 000 commandes.

    Le programme 737 Next-Generation a constamment amélioré les produits, les caractéristiques et les services qui procurent plus de valeur aux clients. Les appareils 737 NG actuels sont jusqu’à 7 % plus économes en carburant que les premiers modèles livrés en 1998. Boeing prévoit une demande mondiale de plus de 23 000 appareils sur le marché spécifique du 737 au cours des vingt prochaines années, pour une valeur totale approchant les 2 000 milliards de dollars.


    Certaines informations figurant dans ce communiqué de presse peuvent être des « déclarations prospectives » au sens des dispositions du « Private Securities Litigation Act » de 1995. Des verbes tels que « s’attendre à », « prévoir », « envisager », « projeter », « estimer », « viser », « anticiper » et autres expressions similaires sont utilisés pour identifier ces déclarations prospectives. Les déclarations prospectives s’appuient sur nos prévisions et hypothèses actuelles, lesquelles peuvent ne pas se révéler exactes. Elles ne constituent en aucun cas une garantie et sont sujettes à des risques et des incertitudes, et peuvent évoluer sous l’effet de circonstances difficilement prévisibles. Les résultats effectivement enregistrés peuvent ainsi différer d’une manière significative par rapport aux informations exprimées ou prévues dans ces déclarations prospectives. C’est pourquoi ces informations prospectives sont uniquement valables à la date de leur déclaration ; nous n’avons aucune obligation de les mettre à jour ou de les réviser, sauf si les lois fédérales américaines (federal securities laws) l’exigent. Parmi les facteurs spécifiques pouvant entraîner un écart significatif entre les déclarations prospectives et les résultats effectivement enregistrés, citons, entre autres, les effets de la conjoncture économique aux États-Unis et à travers le monde, la situation industrielle générale qui peut avoir des répercussions sur notre entreprise ou chez nos clients, ainsi que les autres facteurs importants dévoilés précédemment et régulièrement dans les documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis.